Angela Merkel et sa nouvelle équipe

Un accord ayant été définitivement conclu, Angela Merkel, Sigmar Gabriel et Horst Seehofer, trois leaders des partis de la coalition, ont officiellement signé le contrat de coalition. Celui-ci liera pour quatre ans les conservateurs CDU-CSU et les sociaux-démocrates du SPD.
Dans la continuité de son action, le gourvernement s’est engagé à ne pas augmenter les impôts et à ne plus créer de nouvelle dette à partir de 2015.  Un certain nombre de promesses sont à mettre en oeuvre  : investissements pour 23 milliards d’euros, réforme des retraites, un salaire minimum à hauteur de 8.50 Euros pour tous. Sur le plan européen, Angela Merkel aura les mains libre pour exercer son leadership, la SPD ayant abandonné dans le contrat de coalition l’idée en faveur d’une mutualisation de la dette, entre autres. La politique de l’Allemagne devrait donc être caractérisée par la continuité, mais côté allemand on attend que la France se réforme pour que la relation se rééquilibre.
Les quatre ministres clés :
Wolfgang Schäuble
Issu de la CDU, il garde la main sur les Finances et l’on sait que depuis 2009 son nom est associé à la stabilité de l’euro et à la politique qui l’accompagne.
Andrea Nahles
A la tête du ministère du Travail, secrétaire générale du SPD, elle devra rendre effective la principale promesse de la coalition : le salaire minimum
Frank-Walter Steinmeier
Issu de la SPD, il revient au ministère des Affaires étrangères (poste occupé lors du premier gouvernement de 2005-2009).
Alexander Dobrindt
Secrétaire général de la CSU, l’alliée bavaroise de la CDU, il est nommé ministre des Transports et des infrastructures numériques.

 

Ce contenu a été publié dans Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.