Angela Merkel et sa nouvelle équipe

Un accord ayant été définitivement conclu, Angela Merkel, Sigmar Gabriel et Horst Seehofer, trois leaders des partis de la coalition, ont officiellement signé le contrat de coalition. Celui-ci liera pour quatre ans les conservateurs CDU-CSU et les sociaux-démocrates du SPD.
Dans la continuité de son action, le gourvernement s’est engagé à ne pas augmenter les impôts et à ne plus créer de nouvelle dette à partir de 2015.  Un certain nombre de promesses sont à mettre en oeuvre  : investissements pour 23 milliards d’euros, réforme des retraites, un salaire minimum à hauteur de 8.50 Euros pour tous. Sur le plan européen, Angela Merkel aura les mains libre pour exercer son leadership, la SPD ayant abandonné dans le contrat de coalition l’idée en faveur d’une mutualisation de la dette, entre autres. La politique de l’Allemagne devrait donc être caractérisée par la continuité, mais côté allemand on attend que la France se réforme pour que la relation se rééquilibre.
Les quatre ministres clés :
Wolfgang Schäuble
Issu de la CDU, il garde la main sur les Finances et l’on sait que depuis 2009 son nom est associé à la stabilité de l’euro et à la politique qui l’accompagne.
Andrea Nahles
A la tête du ministère du Travail, secrétaire générale du SPD, elle devra rendre effective la principale promesse de la coalition : le salaire minimum
Frank-Walter Steinmeier
Issu de la SPD, il revient au ministère des Affaires étrangères (poste occupé lors du premier gouvernement de 2005-2009).
Alexander Dobrindt
Secrétaire général de la CSU, l’alliée bavaroise de la CDU, il est nommé ministre des Transports et des infrastructures numériques.

 

Publié dans Politique | Commentaires fermés

6 Défis à relever pour l’Allemagne

Confrontée à des défis structurels, l’Allemagne est face à cinq chantiers dans les quatre ans à venir :
- Maintenir la force économique : La balance commerciale excédentaire est certes signe de bonne santé économique, mais aussi de dépendance vis à vis des marchés extérieurs. Afin de maintenir sa position l’Allemagne a beaucoup misé sur l’investissement et la recherche. Mais cela suppose aussi une amélioration de son système de formation et le marché du travail a besoin de main d’œuvre qualifiée, d’où un recours massif à l’immigration. Angela Merkel est consciente que cette solution doit aussi s’accompagner d’une politique en faveur des jeunes qui sortent du système économique allemand sans qualification et à qui il faudra donner une seconde chance.
- Le creusement des inégalités sociales :
Le chômage a certes régressé, mais les emplois à temps partiel ou les mini-jobs se sont dans le même temps multipliés. Angela Merkel  devra être prête à laisser la main aux partenaires sociaux dans la négociation d’un salaire minimum branche par branche et par région.
- Vieillissement du pays :
L’Allemagne devra anticiper le choc démographique  qui se profile à l’horizon 2050 pour préserver la compétitivité du pays. L’âge de départ à la retraite est actuellement fixé à 67 ans. On craint une paupérisation à long terme d’une partie de la population allemande, car la précarisation du marché du travail menace le niveau des pensions à long terme.
- Le projet d’intégration européenne :
Berlin qui est soucieux de ménager ses banques régionales demeure réticent à placer ses établissements bancaires sous le contrôle d’un superviseur européen. On sait aussi que la chancelière est opposée à toute mutualisation des dettes et que la solidarité allemande ne fonctionnera qu’en échange de réformes de la part des partenaires européens.
- La transition énergétique :
Depuis la décision de sortir du nucléaire, prise au lendemain de la catastrophe de Fukushima, la transition énergétique fait l’objet de vives critiques : le prix de l’énergie a fortement augmenté, elle est aussi mal distribuée et le pays manque d’infrastructures pour acheminer le courant vers les principaux points de consommation.
- La réforme du système de péréquation entre les régions :
Il existe aujourd’hui six Länder qui redistribuent des ressources vers les régions les plus pauvres, en particulier en ex-Allemagne de l’Est. Le nouveau gouvernement devra réformer le système de péréquation afin d’éviter que le mécontentement des régions les plus riches ne se propage.

Publié dans Economie | Commentaires fermés

Les élections législatives allemandes

Avec 42,4% des voix, soit huit points de plus qu’en 2009, Angela Merkel a remporté très largement les élections législatives. Elle le doit à sa forte personnalité, fruit d’une économie solide ayant bien résisté à la crise. Tous les clignotants de l’économie allemande sont au vert : en matière de croissance, de commerce extérieur, de finances publiques ou d’emploi, elle surpasse largement son voisin français. L’Allemagne, malgré le krack financier qui l’a moins touché, affiche à l’heure actuelle l’une des plus fortes croissances de la zone euro. Entre 2009 et 2013, l’Allemagne a aussi créé 200 000 emplois net (tandis que 41 700 emplois ont été détruits en France). Le taux de chômage est tombé à 5,3 en juillet 2013, c’est à dire au plus bas depuis 1990.
La réussite allemande est due à des atouts structurels, à son tissu industriel, l’important réseau de PME (secteurs très performants des machines-outils ou de l’industrie automobile). Les exportations allemandes sont aussi beaucoup moins sensibles au facteur prix car à plus forte valeur ajoutée. De plus l’Allemagne a gagné en compétitivité, grâce non seulement  aux accords de modération salariale ayant permis de préserver l’emploi pendant la crise mais aussi à la baisse des prélèvements.
Cependant on peut constater un creusement des inégalités et une forte augmentation de travailleurs pauvres dans ce pays où il n’existe pas de salaire minimum. Peer Steinbrück a lui-même dénoncé : » une fracture au sein de la société allemande ». »Sept millions de personnes gagnent moins de 8.50 euros de l’heure » a-t-il ajouté. Même si, comme Angela Merkel le reconnaît , »tout n’a pas été résolu », l’Allemagne, première puissance économique du continent, va mieux, et ,confrontée à des défis structurels, devra les résoudre afin de tenir son rang sur la scène internationale.

Publié dans Economie, Politique | Commentaires fermés

Liste de sites utiles

Vous trouverez sur le site de l’AGES des pages concernant des listes de liens vers de très nombreux sites utiles :
- littérature, langue, orthographe, linguistique
- presse, médias de langue allemande
- quotidiens et hebdomadaires
- télévision, chaînes
- politque et institutions (Bund, Bundesländer, ministères, partis)

sur : http://www.ages-info.org/spip/spip.php?article123

Une App du Goethe Institut pour l’Iphone,/iPad, mais également en version Android pour apprendre l’allemand. Elle s’intitule « Lernabenteuer Deutsch – Das Geheimnis der Himmelsscheibe ». Le scénario tourne autour d’un mystérieux objet disparu et d’un appel à l’aide lancé par le directeur de musée, qui marque le début d’une belle aventure, dans laquelle la connaissance -voire l’apprentissage de l’allemand- sera décisive. Une belle idée, bien réalisée pour donner un petit coup de jeune à l’allemand. http://www.goethe.de/lrn/duw/lad/enindex.htm

-Site de l’Institut Goethe où vous trouverez des exercices en ligne (écrit/audio) :

http://www.goethe.de/lrn/duw/lad/deindex.htm

 

Publié dans Liens utiles | Commentaires fermés

Sélection 2012 – Podcasts

 

Compréhension audio :

Vous pouvez vous entraîner régulièrement sur un certain nombre de sites d’émissions de radio qui présentent des documents authentiques, réactualisés et utilisables légalement.

    • Le site du Hessischer Rundfunk par exemple offre une sélection de thèmes :

http://www.hr-online.de/website/specials/wissen/index.jsp

- Si vous cherchez une radio allemande en particulier, il peut être très pratique de consulter la carte des stations allemandes. Ce serait étonnant que vous n’y trouviez pas votre bonheur :
http://www. .radioweb.de/stationen.html

    • S’agissant des émissions de radio présentant des actualités, on pense immédiatement au « Langsam gesprochene Nachrichten » de la Deutsche Welle. Les informations sont lues lentement ce qui permet aux auditeurs de s’entraîner à mieux comprendre une langue authentique, basée sur des informations actuelles.
      Http://www.dw-world.de/dw/article/0,2144,1813444,00.html

 

    • Les podcasts de DeutschlandRadio proposent aussi un classement thématique des ressources : nouvelle technologie, sport, culture, interviews,…… bon nombre de thèmes sont facilement consultables :
      http://www.dw.de/dw/0,,10459,00.html

 

-

Publié dans Podcasts | Commentaires fermés

Immigration et intégration

La communauté turque constitue en Allemagne la plus grande communauté étrangère du pays. Même si le chômage frappe de plein fouet les Turcs d’Allemagne depuis le début des années 90 (15% d’entre eux vivent avec l’aide de prestations sociales) force est de constater que malgré les difficultés rencontrées sur le marché du travail, de plus en plus de Turcs grimpent dans l’échelle sociale en Allemagne. 80 000 entrepreneurs turcs ont pris ainsi leur destin en main en créant plus de 400 000 emplois en Allemagne, un tiers des Turcs ayant un emploi a accédé à la classe moyenne ou supérieure. De plus avec le changement de la loi constitutionnelle en 2005, l’Allemagne est devenue un pays d’intégration : droit à la naturalisation pour les enfants issus de l’immigration, possiblité dans le primaire d’intégrer des écoles qui privilégient l’enseignement de l’allemand en petits groupes, avec même le turc comme première langue étrangère. 50 ans après la signature de l’accord de recrutement de main-d’oeuvre entre l’Allemagne et la Turquie, le bilan est loin d’être négatif.

Publié dans Economie | Commentaires fermés

Les Français de l’étranger élisent leurs députés

Un nouveau système d’élection vient compléter la représentation des Français de l’éranger au Parlement  dans la mesure où 50 ans  après le Général de Gaulle en 1958 pour le Sénat, le Président de la République a fait inscrire dans la Constitution le principe de la représentation des Français de l’étranger à l’Assemblée Nationale. C’est ainsi qu’en 2012 les Français de l’étranger pourront élire 11 députés qui les représenteront à l’Assemblée Nationale. Avec cette élection, la représentation politique des Français de l’étranger sera alignée sur celle des Français résidant en France.

Publié dans Politique | Commentaires fermés

Equilibre des comptes

Selon les projections budgétaires adoptées en Conseil des ministres, le gouvernement de centre droit d’Angela Merkel prévoit de réduire de manière drastique le déficit public  dès 2014. Le déficit budgétaire devrait s’établir d’ici 2015 à 0.5%L Ces prévisions reposent sur des estimations de croissance de 1.5% de 2013 à 2015. Les instituts allemands de recherche économique sont plus optimistes et tablent sur 2.0% en 2012. L’Allemagne fait donc figure d’élève modèle pour son déficit public en Europe et pour son expansion dans le domaine des exportations, même si en matière de dette il faudra encore fournir des efforts (82% du PIB en 2011).

Publié dans Economie | Commentaires fermés

La hausse des exportations allemandes

Un an après la récession qui s’était traduite par un effondrement des exportations, celles-ci repartent à la hausse. Depuis le début de l’année, l’Allemagne a dégagé un excédent commercial de 74,6 milliards d’euros. C’est en majeure partie grâce aux commandes venues d’outre-mer que « la machine à exporter allemande » est repartie en enregistrant une hausse de 37.5%. C’est aussi la faiblesse de l’euro qui a aidé l’industrie à exporter vers ces plus gros marchés que sont les Etats-Unis et la Chine. L’économie allemande profite de ces bons résultats. Alors qu’en 2009 le pays avait perdu 200 000 emplois, des entreprises telles que Daimler recommencent à recruter : 400 personnes dans l’usine de Rastatt à la frontière française  et Siemens, lui,  renonce à son plan de réduction des effectifs.

Publié dans Economie | Commentaires fermés

croissance,déficits, l’Allemagne accélère

« La reprise a touché l’économie allemande de toute sa force » s’est réjoui R.Brüderle, le ministre de l’Economie qui parle même d’une croissance « de taille XL ». Les analystes s’accordent désormais pour dire qu’une progression du PIB de 1,9% en 2010 est tout à fait possible. C’est l’attitude des consommateurs qui a largement participé au mini-boom économique actuel, avec une augmentation de la confiance. Mais certains spécialistes mettent en garde contre la situation économique internationale qui recommence à donner des signes d’essoufflement aux Etats-Unis et au Japon, notamment, ce qui ne manquera pas de peser d’ici la fin de l’année sur les pays de la zone euro.

Publié dans Economie | Commentaires fermés